Sommaire

Affection bénigne de la peau qui touche près de 40 % de la population, la kératose pilaire est sans gravité mais peut être handicapante par son côté disgracieux.

Plus fréquente chez les femmes et les adolescents, voici comment diagnostiquer et traiter cette pathologie bénigne.

Kératose pilaire : qu'est-ce que c'est ?

La kératose pilaire est une affection dermatologique bénigne, fréquente et plus ou moins étendue :

  • Elle se manifeste par la formation de nombreuses petites bosses dans les follicules pileux (papules folliculaires rugueuses), par un aspect différent de la couleur de la peau ainsi qu'un aspect de « chair de poule » persistant.
  • La kératose pilaire forme un bouchon bloquant l’ouverture des follicules pileux et s’accompagne souvent par conséquent de poils incarnés.
  • Elle est due à une surproduction de la protéine kératine qui obstrue les follicules. Il est courant que cette affection survienne après l'épilation chez la femme et persiste un long moment.

La kératose pilaire est une affection d’origine génétique, à transmission autosomique dominante : elle peut être le corollaire de certaines maladies génétiques ou d'autres maladies de la peau, comme la dermatite atopique.

On peut décliner trois formes de kératose pilaire :

  • La kératose pilaire « basique » : elle se trouve sur l’arrière des bras, sur le visage ou bien les cuisses. Elle s’atténue ou disparaît en été, ou plus précisément lorsqu’il fait chaud, et est accentuée en hiver lorsque le taux d’humidité est bas.
  • La kératose pilaire rouge : elle se trouve sur les joues et forme souvent des cicatrices.
  • La kératose pilaire acquise : il s’agit d’une réaction cutanée provoquée par le contact avec un produit irritant (cosmétiques, huiles minérales, goudrons, etc.).

Symptômes de la kératose pilaire

La kératose pilaire apparaît le plus souvent sur les côtés dos et externe de la partie supérieure des bras, sur les cuisses et hauts de cuisses, sur les jambes et particulièrement les mollets, sur les flancs et les fesses.

Le phénomène est souvent aggravé lorsque les conditions sont sèches, par exemple durant les mois d'hiver ou dans les climats secs.

Kératose pilaire : diagnostic et traitements

Il n'existe malheureusement aucun traitement de la kératose pilaire à ce jour. Seule une routine de soins et quelques règles de bonne hygiène permettront d'atténuer le problème, ou tout au moins de vivre plus sereinement avec.

On conseillera donc :

  • d'éviter d’utiliser de l’eau calcaire au moins sur le visage : plus l’eau est dure, plus elle assèche la peau et donc accentue la kératose pilaire ;
  • d'exfolier sa peau en douceur (gommages aux sels marins) ce qui pourra ralentir la kératinisation ;
  • d'utiliser un savon ou un gel douche surgras : la peau sujette à la kératose a besoin d'une bonne hydratation et de peelings doux ;
  • de bien hydrater sa peau quotidiennement : huile de coco vierge, huile d'olive, beurre de karité, huile d'argousier, aloe vera sur le visage ;
  • de ne pas craindre de s’exposer au soleil, avec une protection solaire adaptée évidemment ;
  • d'utiliser des traitements kératolytiques à base d'urée et/ou d'acide salicylique qui au cas par cas donnent de très bons résultats, demandez conseil à votre pharmacien ou dermatologue.

Ces pros peuvent vous aider