Zona chez les personnes âgées

Sommaire

Le zona est une maladie infectieuse provoquée par le virus de la varicelle. Il s'agit d'une réactivation du virus survenant plusieurs années après avoir contracté la varicelle. Le risque augmente avec l'âge ; 95 % des adultes sont porteurs du virus et environ un sur quatre développera un zona, essentiellement après 60 ans.

Évoquons tout de suite les risques de développer un zona chez les personnes âgées !

Zona personne âgée : historique de la maladie

Après l'infection, le virus ne disparaît pas complètement de l'organisme et va se loger et s'endormir au niveaux des ganglions nerveux.

Lors d'une baisse de l'immunité liée à un stress, de la fatigue, l'âge ou une autre pathologie affaiblissant le système immunitaire, le virus se réveille. Cependant, au lieu de migrer par voie sanguine, il utilise les voies nerveuses jusqu'à la peau qu'il attaque.

Les premiers signes correspondent à une fatigue et un petit fébricule (petite fièvre).

Survient alors une sensation de picotements puis de brûlure sur le trajet nerveux et l'apparition de plaques et de petites vésicules remplies de liquide. Ces symptômes signent le zona.

Les vésicules finiront par sécher au bout de quelques semaines mais des douleurs peuvent persister longtemps ; elles sont appelées douleurs post-zostériennes.

Lire l'article Ooreka

Zones de localisation d'un zona chez les personnes âgées

L'une des régions privilégiées au développement d'un zona est le thorax. Les plaques sont alors situées sur le buste et le long des côtes.

Le zona peut également atteindre un bras, une cuisse ou l'abdomen sur un mode unilatéral.

Les nerfs crâniens peuvent aussi être touchés ; c'est ainsi que 5 à 15 % des zonas sont situés au niveau de l'œil ; on parle de zona ophtalmique. Les tympans et les conduits auditifs peuvent aussi être atteints.

Séquelles du zona

Dans certains cas de zona ophtalmique, la personne peut souffrir d'une baisse de l'acuité visuelle (vision), avec l'atteinte de la rétine ou l'apparition d'un glaucome (pathologie due à l'altération du nerf optique).

On peut également voir des inflammations de la cornée, de l'iris voire une paralysie temporaire de l'œil.

Le zona peut aussi laisser des cicatrices, une dépigmentation cutanée (de la peau).

Zona chez la personne âgée : ses conséquences

Les douleurs aiguës et/ou chroniques décrites comme très pénibles peuvent entraîner insomnie, anorexie et /ou confusion notamment chez les personnes très âgées.

Les douleurs post-zostériennes peuvent persister de nombreux mois après un zona ; il est alors conseillé de se faire suivre par un centre antidouleur où différents traitements sont proposés pour lutter contre ces douleurs neuropathiques (dues à l'altération d'un ou plusieurs nerfs).

Chez les personnes âgées, ces traitements sont toujours difficiles à équilibrer compte tenu de la prise simultanée d'autres médicaments (en cas d'autres pathologies en lien ou non avec le vieillissement) et de l'élimination plus lente de ces molécules (en lien avec le vieillissement physiologique de l'organisme). Les risques d'effets indésirables sont alors majorés.

Traitement d'un zona chez les personnes âgées

Il est impératif de pouvoir faire établir rapidement un diagnostic puisque plus le traitement sera initié rapidement (dans les premières 72 h), moins les conséquences seront importantes.

Traitement médical

Le traitement repose sur des antalgiques (antidouleur) et la prise d'un antiviral.

Le traitement va permettre d'accélérer la cicatrisation, de réduire la sévérité de l'éruption et la survenue des complications.

Traitement alternatif en complément du traitement médicamenteux

Un miel de qualité (miel de Manuka, par exemple) additionné de quelques gouttes de propolis fonctionne très bien en application sur la zone affectée.

Vous pouvez aussi recourir à des huiles essentielles antivirales telles que l’huile de niaouli et l’huile de ravintsara à combiner à une huile anti-douleur telle que la menthe poivrée. Mélangées dans de l'huile végétale de calendula elles sont à appliquer plusieurs fois par jour.

Pour favoriser la rémission naturellement

Vous pouvez aussi favoriser la rémission en soutenant le système immunitaire. Cela suppose notamment :

  • de manger des aliments riches en vitamines B et C et en zinc (bœuf bio, œufs, poulet…) ;
  • d'augmenter votre consommation d’ail et d’oignons (qui exercent une action antivirale) ;
  • d'éviter les excès de table, notamment le sucre sous toutes ses formes et les aliments frits.
Consulter la fiche pratique Ooreka

Prévention du zona

La seule alternative est la vaccination. En effet, le vaccin Zostavax® a obtenu le 19 mai 2006 une autorisation de mise sur le marché européen pour la prévention du zona et des douleurs post-zostériennes chez la personne âgée de 50 ans et plus. Il est vendu au prix de 122 €, prix qui ne tient pas compte des honoraires de dispensation du pharmacien ou du médecin.

En 2013, le Haut Conseil de la Santé Publique a défini les recommandations du vaccin en soulignant qu'aucune alternative préventive et thérapeutique n'est aujourd'hui pleinement satisfaisante. Ce vaccin n'a que 50 % d'efficacité et il a d'importants effets secondaires, comme de nombreux patients en témoignent.

Il préconise pourtant la vaccination chez les sujets âgés de 65 à 74 ans, avec un schéma vaccinal à une dose.

Ces pros peuvent vous aider