Sommaire

La solution allopathique contre l'eczéma.

La médecine occidentale, allopathique, se propose de traiter l'eczéma essentiellement par le biais de crèmes à base de corticoïdes.

Le traitement de l'eczéma est pourtant complexe et cette seule méthode ne suffit pas toujours à ramener une peau saine, d'autant que la corticothérapie n'est pas dénuée d'effets secondaires entraînant parfois une aggravation des symptômes.

Ainsi, d'autres options sont parfois proposées en alternatives.

Traiter l'eczéma par la corticothérapie

La corticothérapie sera la solution proposée par les dermatologues et les allergologues pour faire face à la plupart des eczémas.

Pour traiter une dermatite atopique par exemple, on emploiera généralement une crème (dermocorticoïdes), tandis qu'en cas de forme lichénifiée on s'orientera vers des pommades au goudron.

Dans le traitement de l'eczéma de contact outre l'éviction évidemment indispensable de l'allergène, on retrouve fréquemment une prescription de corticothérapie locale avec une série de crèmes et de pommades destinées à lutter contre les symptômes.

Les biothérapies dans le traitement de la dermatite atopique

De nouveaux médicaments de biothérapie ont reçu des autorisations de mise sur le marché en 2018 dans le cadre de la prise en charge de la dermatite atopique.

Le dupilumab, notamment, est un anticorps monoclonal qui bloque l’action des interleukines IL-4 et IL-13. Il a prouvé son efficacité dans la dermatite atopique modérée à sévère, avec une diminution des lésions sur la moitié de leur corps chez 80 % des patients en 10 à 16 semaines, associée à une amélioration de la qualité de vie.

D’autres biothérapies sont en phase de test dans le traitement de la dermatite atopique, comme le lebrikizumab, le fezakizumab, le tralokinumab et le némolizumab. Ces nouvelles molécules devraient compléter l’arsenal thérapeutique d'ici quelques années.

En parallèle de ces biothérapies injectables, d’autres molécules sont en cours d’expérimentation, par voie orale (baricitinibupadacitinibanti-H4R) ou locale (tofacitinib topique). Dans cette dernière catégorie, une pommade au crisaborole (Eucrisa® disponible aux Etats-Unis) peut être prescrite à partir de deux ans. Il s'agit d'un inhibiteur de la phosphodiestérase 4 qui est indiqué dans la dermatite atopique légère à modérée.

Source : Association française de l’eczéma. avril 2018

Traitement eczéma : l'antibiothérapie

L'antibiothérapie pourra faire partie de l'arsenal thérapeutique de la médecine classique dans la mesure où elle permet de lutter contre les surinfections.

Ces dernières se retrouvent lorsque les malades se grattent jusqu'au sang et que la peau n'assure plus son rôle protecteur.

Il s'agit d'une antibiothérapie classique qui permet de lutter notamment contre le staphylocoque et d'éviter les impétigos.

Eczéma : le traitement symptomatique

Le traitement reste ensuite symptomatique avec divers types de solutions telles que :

  • les bains antiseptiques moussants et non moussants (pour nettoyer la peau) ;
  • les colorants tels que l'éosine (désinfectante et asséchante) ;
  • les bains émollients (pour assouplir les tissus) ;
  • les antihistaminiques (pour enrayer la réaction allergique).

De plus, les cures thermales (crénothérapie) se révèlent bénéfiques dans certains types d'eczémas tels que les dermatites atopiques :

  • la température de l'eau favorise la circulation sanguine ;
  • les sulfates et sulfures exercent des effets anti-inflammatoires et antifongiques, régénérateurs de l’épiderme et anti-démangeaisons ;
  • la présence de manganèse et d’iodure exerce une action bactéricide.

Leur aspect non invasif est souvent apprécié d'autant qu'elles permettent d'être pris en charge dans un cadre autre qui favorise le soulagement du stress, fréquemment impliqué dans l'apparition de l'eczéma.

Psychothérapie et eczéma

Dans certaines formes d'eczéma (dermatite atopique par exemple), une prise en charge psychothérapie est nécessaire.

En effet l'aspect psychologiquement destructeur de l'eczéma est reconnu. Le côté inesthétique des lésions qu'il entraîne rend parfois difficile toute vie sociale et se faire aider par un psychothérapeute peut être un véritable besoin.

Ce sont généralement les dermatologues et les allergologues eux-mêmes qui engagent les patients à consulter.

De plus, un psychothérapeute pourra faire en sorte de comprendre et d'aider le patient à diminuer le stress très probablement à l'origine de l'eczéma.

Autre intérêt des approches telles que la thérapie comportementale : lutter contre le véritable tic qui s'installe consistant à se gratter. Perdre cette habitude grâce à une approche psychothérapeutique permet une rémission beaucoup plus rapide.

Traitement de l'eczéma par ultra-violets

Il existe également des traitements de photothérapie (également appelée photochimiothérapie) qui consistent à exposer le patient à un rayonnement ultraviolet (UVA et UVB) après la prise d'un médicament destiné à photosensibiliser la peau.

Cette thérapie est pratiquée sur prescription médicale dans la mesure où le patient ne présente pas d'hypersensibilité au soleil.

Cette technique n'a pas davantage d'intérêt que l'exposition directe au soleil, d'autant qu'elle présente des risques de cancer de la peau et de vieillissement prématuré.

Lire l'article Ooreka

Cas spécifique de l'eczéma variqueux

L'eczéma variqueux est un eczéma spécifique qui demande une prise en charge particulière.

En effet, un défaut de circulation sanguine étant à l'origine de celui-ci, le traitement consiste à régler ce problème de stase.

Le traitement consiste donc généralement à proposer des bas de contention voire une chirurgie destinée à ôter les veines variqueuses.

Varices

Article

Lire l'article Ooreka